Mot-clé - confort

Fil des billets - Fil des commentaires

Brises soleil orientables

S’il est assez habituel de compenser le manque d’isolation par du chauffage, il n’est pas encore dans les habitudes de compenser ce manque d’isolation par de la climatisation pour ne pas souffrir de la chaleur, surtout dans les régions de la moitié nord de la France. Il arrive donc que la température dépasse le maximum agréable pour devenir difficilement supportable.

Parmi les critères “annexes” de la maison passive, il y a le confort d’été : la température à l’intérieur de la zone habitable ne doit pas dépasser 25 °C plus de 10% de la saison estivale. Cette absence de surchauffe, même en cas de forte température extérieure, est un argument fort en faveur de la maison passive, auquel beaucoup de gens sont sensibles (plus que l’absence de chauffage, en fait).

Comment faire pour éviter la surchauffe : limiter les apports solaires extérieurs et les apports internes. Pour limiter les apports solaires, il faut isoler les parois (murs, toit, etc) et empêcher le soleil de chauffer la maison. Pour l’isolation des parois, elle est acquise par la contrainte de chauffage minimum. Isoler du froid l’hiver et du chaud l’été se fait avec la même isolation. Pour les vitrages, c’est différents : ils sont le chauffage d’hiver, mais ne doivent pas être celui d’été. Sans précaution, une maison passive, souvent largement ouverte au sud, deviendra un fournaise. C’est la qu’interviennent les protections solaires. Elles peuvent prendre plusieurs formes : casquette au dessus des fenêtres, volets ajourés et brises soleil. Dans notre cas, il existe une petite casquette due à l’épaisseur importante de l’isolant extérieur, mais elle est insuffisante, surtout à l’étage. Ce sont donc des brises soleil orientables (BSO) qui feront office de protection solaire.

La règle est simple : les rayons du soleil directs ne doivent pas atteindre la vitre.

Ce sont des brises soleil à lamelles ourlées de 80 mm, fabriqués par Warema, qui ont été installés cette semaine.

Vue de l’intérieur : BSO chambre 2

Vue de l’extérieur dans la même position : BSO extérieur

L’utilisation des BSO est simple : les laisser montés l’hiver, les laisser baissés l’été (avec plus ou moins de jour entre les lamelles, selon l’envie de lumière). Ils n’ont aucune fonction d’isolation, mais peuvent servir d’occultation (surtout la nuit, les luminaires municipaux éclairant largement les maisons). Pour une plus grande efficacité, ils sont automatiques : deux stations météo piloteront la remontée en cas de grand vent et la descente en cas de forte intensité lumineuse (en cas d’oubli).

La maison passive, retour aux fondamentaux

A quoi sert une maison ?

Question a priori évidente, mais qui n’est pas toujours posée lors d’un chantier d’habitation.
La première fonction d’un logement, c’est la protection.
D’abord contre les intempéries, le froid, le chaud. Dans certaines civilisations, c’est la seule fonction, puisque la plus basique. Dans un projet de logement, il ne faut jamais oublier que la protection est l’essentiel.
Dans nos sociétés, vient ensuite la protection contre la violation de la vie privée. Protection des personnes et des biens. Un logement doit donc aussi assurer la sécurité.
Enfin, viennent des notions secondaires, comme le confort, l’espace et l’affichage du statut social. Tout ce qui vient renforcer l’identité de l’habitant dans la société.

La maison passive, c’est aussi une façon de retrouver l’objectif fondamental du logement : la protection contre les aléas climatiques, dans un grand confort. C’est sûrement une explication de la satisfaction des habitants de ce type de logement : profiter des technologies modernes pour mieux remplir des objectifs ancestraux. Entrer dans sa maison en sachant qu’il n’y fera ni trop froid ni trop chaud, que le vent reste dehors, que l’humidité et le bruit seront arrêtés lorsque la porte sera refermée, n’est-ce qu’on demande fondamentalement à un logement ?
La maison passive n’exclut pas la sécurité physique, l’esthétique, l’espace et même le coté statutaire de l’habitation. Mais sa philosophie remet les priorités dans l’ordre. Tout simplement !

page 2 de 2 -