Mot-clé - Passibat

Fil des billets - Fil des commentaires

Reconstruction passive écologique, une belle réalisation

Lors du congrès Passi’bat 2016, nous avons assisté à une présentation très intéressante d’une reconstruction écologique en maison passive. Présentée comme une rénovation, c’est plutôt une reconstruction, car elle inclut une forte extension et n’a pas gardé suffisamment l’existant pour prétendre à l’appellation rénovation. Le taux de TVA appliqué est ainsi de 20%, et non de 5,5% ou 10%.

N’empêche, l’essentiel du béton a été gardé, l’impact environnemental est bien plus faible qu’une construction neuve, le coût est inférieur, et la performance obtenue est remarquable. L’isolation extérieure en paille, l’utilisation de fenêtres SmartWin montre que l’on peut construire des logements de grande qualité, sans piller la planète tout en gardant des coûts raisonnables. Cette maison reconstruite est ainsi certifiée passive comme une maison neuve, avec de la marge !

Reconstruction passive exemplaire

La démarche à faible teneur technologique “low tech”, promesse d’un maintien du faible besoin en ressources pendant longtemps est exemplaire. Et bien d’autres aspects sont remarquables dans cette réalisation, notamment un travail d’équipe qui fait plaisir à voir.

Cette équipe m’a autorisé à publier le support de la conférence. Vous n’aurez pas toutes les explications obtenues lors du congrès Passi’bat 2016, mais regardez bien ce projet exemplaire : rénovation passive d’une habitation conventionnelle des années 80 !

Passi'bat 2016

Il n’y a pas eu de Passi’bat en 2015 ! Prévue quelques jours après les attentats de novembre 2015, l’édition 2015 a été reportée à ce printemps 2016. Toujours au même endroit, ce salon promet encore des découvertes dans ce domaine qui reste la tendance solide pour l’avenir du bâtiment.

Logo Passibat 2015

Passibat 2016

Une centaine d’exposants, un espace innovations, des mini-formations, le village BIM : le salon sera encore riche.

Les plus curieux, intéressés et les professionnels consacreront une ou deux journées au congrès.

Le mercredi, trois circuits de visites sont prévus. A choisir en fonction de vos centres d’intérêt.

Et comme d’habitude, la salon et le congrès sont l’occasion de rencontres utiles, agréables et parfois décisives ! Et comme d’habitude, je serai surtout derrière la caméra dans le congrès, alors profitons des pauses…

Passi'bat 2014

Année après année, les journées de la construction passive prennent de l’ampleur. Toujours au même endroit, mais un peu plus tôt que d’habitude cette année, Passi’bat promet encore des découvertes dans ce domaine qui reste la tendance solide pour l’avenir du bâtiment.

Bannière Pass'ibat 2014

Plus d’exposants, plus de place, l’évolution est notable. Les mini-formations facilement accessibles devraient attirer tous les visiteurs du salon (entrée à 10 €).

Les plus curieux, intéressés et les professionnels consacreront une ou deux journées au congrès.

Et comme d’habitude, la salon et le congrès sont l’occasion de rencontres utiles, agréables et parfois décisives ! Si vous souhaitez me rencontrer lors de ces deux jours, je serai surtout derrière la caméra dans le congrès, alors profitons des pauses…

Architecture passive, un hors série à ne pas manquer

Habitat Naturel HS14A l’occasion de Passi’bat, le magazine Habitat Naturel a sorti un Hors Série (n°14) sur l’Architecture Passive. La précédente édition, sortie il y a deux ans a été rapidement épuisée.

Les explications sont plutôt complètes et de nombreux projets sont décrits, ce qui renforce l’impression que le passif est passé du stade de l’innovation au stade de l’adoption par de nombreux précurseurs, en attendant une large diffusion.

Vous l’avez compris : si le bâtiment passif vous intéresse un peu, beaucoup ou passionnément, ce hors série est incontournable !

Passi'bat 2012, la nouvelle vague

affiche_passibat.jpgLe salon et le congrès Passi’bat a fermé ses portes hier. Autant la version 2011 avait marqué par son changement d’échelle, autant celle de 2012 a semblé stable (simple impression, les chiffres arriveront plus tard). Un peu surprenant à une période ou les surfaces construites et projetées en passif explosent.
La nouveauté, c’est la jeunesse des visiteurs et des congressistes : une nouvelle vague d’étudiants et de jeunes professionnels sont venus rencontrer et écouter les pionniers. Comme si le futur du bâtiment (nous parlons d’une génération) avait compris que l’avenir ne résidait pas dans le suivi d’une obscure règlementation thermique française, mais dans la sobriété optimale du bâtiment passif.
Comme l’année dernière, il manquait encore quelques exposants majeurs. Et la météo caractéristique de début décembre ne poussait pas à l’enthousiasme…
Les congressistes ont été gâtés, avec des interventions de haut niveau (pas toutes, mais presque) et des indispensables temps de rencontre plus importants que l’année dernière.

Passi'bat 2011, un grand cru

Mercredi et jeudi, la deuxième édition du salon Passi’bat s’est déroulé au Parc Floral de Paris. Pour ceux qui avaient assisté à la première édition, le changement d’échelle était manifeste. Exposants plus nombreux, visiteurs très présents et plutôt qualifiés : les absents on eu tort. Nous pouvons en espérer un peu plus pour l’année prochaine, car il manque quelques acteurs majeurs du secteur (Homatherm, STO, Soprema, pro clima, quelques bureaux d’étude, etc) et il reste un peu de place.

Salon Passi'bat 2011

Certains visiteurs en ont plus profité que d’autres avec les ateliers : Atelier Passi'bat 2011

Mais pour les professionnels et amateurs du passif, ce sont bien sûr les conférences qui ont suscité l’intérêt. Les explications basiques, c’est terminé : les intervenants proposent des thèmes précis, ciblés, parfois techniques, mais toujours compréhensibles. Si les étrangers ouvrent l’horizon et soulignent parfois les forces et les faiblesses du bâtiment français, la plupart des thèmes sont locaux : le passif en France est maintenant suffisamment développé pour pouvoir contribuer au mouvement mondial : Conférence Passi'bat 2011

Nous reparlerons probablement de certains conférences “de pointe”

Passibat2011Planche

Il est clair qu’avec ce salon, le passif prend une plus grande place dans l’avenir du bâtiment français et que les participants, exposants et intervenants ont bien conscience de la direction prise et qu’il est inutile d’attendre qu’elle devienne obligatoire pour s’en occuper.

Passi'bat 2011

Passibat_petite.jpgPour la deuxième année, Passi’bat, le congrès et salon du bâtiment passif, se déroulera au Parc Floral de Paris. Tous ceux intéressés par l’avenir du bâtiment en France et en Europe se retrouveront les 14 et 15 décembre dans le hall 3. Ceux qui veulent savoir assisteront bien sûr aux conférences de qualité (donc payantes) qui se dérouleront pendant ces deux jours. Les pauses sont toujours l’occasion de discuter avec des personnes bien impliquées…
Ceux qui veulent voir se rendront au salon (gratuit), ou certains exposants proposeront des ateliers (gratuits).

Et pour finir, vous pourrez en profiter pour passer à la maison lors de la visite de vendredi, en bonne compagnie !

Passi'bat, le salon national du bâtiment passif

La construction passive vous intéresse ? Vous souhaitez apprendre, écouter, voir, toucher ?

L’association La Maison Passive France organise le premier salon français dédié au passif le 9 et 10 décembre 2010, au Parc floral de Paris. Deux grandes parties :

  • les conférences, pour apprendre, comprendre, réviser, écouter, poser des questions,
  • le salon, pour voir, toucher, commander, demander les détails aux professionnels impliqués dans la construction passive.

Notre projet de rénovation passive sera évoqué lors d’une conférence le vendredi matin. Et nous serons un peu disponibles pour les questions sur le projet durant les deux journées (pendant les pauses et sur le salon).

Si vous voulez entrer gratuitement au salon, n’oubliez pas de vous inscrire sur le site !

Nous incitons fortement les acteurs impliqués dans l’avenir du bâtiment français à s’inscrire aux conférences. La réglementation thermique 2012 n’est qu’une étape, venez découvrir la suite.

En savoir plus sur Passi’bat.