Température de septembre

L’été a été chaud, trop chaud. Surtout à l’extérieur ! La maison a bien supporté les vagues de chaleur, malgré le peu d’effort de ses habitants pour éviter les apports internes.

L’automne arrive, et alors que l’atmosphère locale se refroidit (contrairement à celle de la planète), que les chauffages démarrent dans les immeubles mal isolés, la maison passive reste très confortable, en évitant de justesse la surchauffe. Et ce remarquable confort de mi-saison se répète d’année en année…

Passons aux courbes qui décrivent plus précisement la situation :

Températures de septembre 2020, oct. 2020
Températures de septembre 2020

Pour ceux qui sont pas habitués aux courbes de températures de ce site, la courbe rouge est celle de la température intérieure, la courbe bleue est celle de la température intérieure.

L’isolation isole, le soleil chauffe, l’aération ventile, l’étanchéité bloque les flux indésirables : la maison se comporte comme une maison passive, avec un grand confort et une consommation négligeable. Pour la mise en route des radiateurs d’appoint, nous attendrons le mois prochain, comme chaque année !

Température de mars

En Mars, c’est la fin de l’hiver. Les jours rallongent, le soleil se montre et envoie ses rayons encore bas profondément dans la maison. Le chauffage est coupé pour 9 mois. Même si les nuits peuvent rester froides avec de brèves gelées, la température intérieure frôle parfois la surchauffe. Mais comme il suffit d’ouvrir les fenêtres pour refroidir, c’est très confortable.

Exemple typique de la situation le 30 mars sans chauffage : 2°C dehors, 22°C dedans, grand confort !

TempIntExtMars20.jpg, avr. 2020

Place aux courbes : la courbe rouge représente la température extérieure, la courbe bleue la température intérieure.

Temp202003.png, avr. 2020

Il est dificile de deviner le jour ou les radiateurs ont été remisés au grenier, puisque ça n’a pas empêché la température intérieure de monter. En fait, ils ne se mettaient plus en route depuis plusieurs jours et c’est le bon signal pour la fin de la saison de chauffe.

Une saison de chauffe légère

Cet hiver, la mise en place du chauffage s’est faite à la date normale : mi novembre. Et les petits radiateurs ont été rangés à la date normale : mi mars. Grâce aux températures clémentes, ils ne chauffaient plus. Les courbes le diront mieux, mais il n’a pas fait froid longtemps cet hiver. L’année dernière, la saison de chauffe avait été courte. Cette année, elle fut légère.

La maison monte en température, du fait du soleil bien présent et d’apports internes conséquents, confinement oblige. Ce qui nous permet d’ouvrir longtemps les fenêtres, sans la gêne du bruit de la rue, confinement oblige.

Quelle température dans la maison pendant une canicule ?

La petite canicule de la fin juin se termine. Ni longue ni forte en banlieue parisienne, elle a toutefois largement perturbé l’espace médiatique. Pas suffisamment toutefois pour que la participation au réchauffement climatique ne baisse, bien au contraire.

Mais certains ont souffert, surtout ceux situés dans les îlots de chaleur urbains (les fameux ICU) qui habitent dans des bâtiments standards.

Dans notre cas, la maison passive a bien réagi, la preuve :
Températures de juin 2019

Un ennui de protection solaire vient pourtant handicaper la performance, le brise soleil orientable de la grande baie vitrée côté sud est en panne, il est serré dans son caisson sans possibilité de le descendre. Une protection solaire de fortune, à base de parasols, ne remplace pas complètement le brise-soleil et a participé au réchauffement de l’intérieur.
Pour passer le pic du samedi, un lavage humide du sol en carrelage a permis de limiter la montée en température, la nuit n’ayant pas été assez fraîche pour refroidir l’intérieur. La température à l’étage commençait d’ailleurs à dépasser celle qui permet de rester dans la zone de confort habituelle. La fraîcheur du dimanche matin a suffi à revenir dans cette zone de confort.
Sans surprise, la consommation a été très basse en ce mois de juin, 8 kWh/jour, notamment car toute l’eau chaude a été chauffée par le soleil et parce qu’il n’y a pas de climatisation pour aider à garder la fraîcheur.

Une saison de chauffe bien courte

Comme évoqué avant la mise en route du chauffage en novembre, la saison de chauffe a été courte. Un peu de chauffage fin novembre, les mois de décembre, janvier, février et quelques jours en mars, pas plus. 15 semaines sur les 52 de l’année, c’est peu, deux ou trois semaines de moins que prévu il y a dix ans.
On retrouve la durée de l’hiver 2016-2017, mais il avait été plus froid en janvier 2017. La maison étant insensible aux petits coups de froid d’avant et d’après hiver (celui du 20-25 mars, par exemple), les radiateurs d’appoint ont pu être éteints tôt, dès début mars, puis rangés sans crainte.
Fin mars, début avril, c’est plutôt la surchauffe qui pointe, avec des températures intérieures qui approchent les 24 °C. Il suffit d’ouvrir les fenêtres pour ne pas laisser la température monter. Tout cela est conforme au comportement attendu d’une maison passive, même après plusieurs années.

Température mars 2019

Toujours pas de chauffage mi-novembre

LogoPH.jpgLa saison de chauffe risque d’être plus courte cette année. Contrairement aux années précédentes, nous n’avons pas branché le chauffage d’appoint au 15 novembre. Le beau temps devrait nous permettre de grappiller une semaine, voire deux selon l’activité intérieure.

Il fait encore 21 °C à l’intérieur et le soleil continue à transformer les fenêtres au sud en “radiateurs passifs”. Lorsqu’ils s’éteindront par manque de soleil direct, il sera temps de brancher les petits radiateurs électriques.

Mise à jour : le brouillard froid a coupé le chauffage par le soleil, les petits radiateurs ont donc été branchés le 23 novembre pour empêcher la température de descendre sous les 20 °C.

Chaleur torride ? Tranquille !

Il fait bon dans la maison, mais trop chaud dehors. En attendant que la température extérieure revienne à des niveaux plus habituels (mais qu’est-ce qu’un niveau habituel au début d’une catastrophe climatique ?), il fait bien meilleur dans la maison que dehors.
Ce 1er juillet, la température intérieure atteint les 25°C, le refroidissement nocturne devenant très limité. Elle va doucement monter, puis redescendre doucement lorsque la température des nuits sera descendue.

Comme pour le froid, le bâtiment remplit son rôle de protection climatique, sans système actif complexe, mais grâce à son enveloppe. Isolation, protection solaire, ventilation à double-flux font le travail.

Températures juin 2018

Tout ça en gardant des consommations très basses : 7 kWh/jour. Car il n’y a pas de climatisation et l’eau est chauffée par le soleil.

Froid sibérien ? Tranquille !

Ce matin, il fait -7°C dehors, et 21 °C dedans. Avec deux petits radiateurs de 500 W qui ne forcent pas. Comment est-ce possible ?

D’abord, une isolation continue et épaisse qui empêche la chaleur de sortir. Ensuite, une excellente étanchéité à l’air qui empêche la bise glaciale de rentrer.

Enfin, il fait beau ! Le soleil tape dans les grands vitrages coté sud, qui se transforment de fait en puissants radiateurs - passifs- pendant plusieurs heures par jour.

Résultat : un confort réel, comme il se doit dans une vraie maison passive. Pas de sensation de paroi froide, ni de point chaud à éviter. Ce type de maison est très à l’aise par beau temps froid, plus que par temps gris et frais. L’origine allemande (climat continental) du label PassivHaus, doit y être pour quelque chose…

Températures février 2018

Le chauffage ? Quel chauffage ?

Dans la plupart des logements, le chauffage a été rallumé, notamment depuis le coup de froid de mi-septembre. Immanquablement à cette période reviennent les questions sur le chauffage, le meilleur moyen de ne pas dépenser d’argent pour celui-ci tout en assurant un bon confort. Nous avons eu quelques jours bien frais dans certains logements notamment dans les immeubles qui ont tardé à relancer la chaufferie.

Les maisons passives répondent de la bonne manière à la question du confort à moindre coût : en ne chauffant pas en septembre et octobre, le coût est nul pendant ces mois de mi-saison et le confort d’un très bon niveau, sans sensation de froid à l’intérieur car il n’y fait tout simplement pas froid. Comment font-ils, ces bâtiments ?
Isolation, étanchéité, récupération de chaleur. Quand c’est bien fait, ça fonctionne bien. Année après année, les preuves en ce sens s’accumulent. Alors pourquoi tant de personnes résistent encore à l’évidence ?

Exemple de preuve sur l’efficacité d’une maison passive, même issue d’une rénovation, voici les températures du mois d’octobre sans aucun chauffage actif. La courbe rouge représente la température extérieure, la courbe bleue la température intérieure. Températures octobre 2017

On peut constater sans interprétation que le confort est assuré avec une température agréable, presque constante, malgré l’absence de tout chauffage. Pourtant il y a eu des jours franchement frais, compensés par un soleil plus généreux par moment. L’inertie de la maison est appréciable car elle permet d’atténuer les variations de la température intérieure sur quelques jours.

Preuve que le chauffage ne fonctionne pas ? Une consommation électrique faible : 8 kWh par jour. Il faut dire que l’abondant soleil a chauffé presque toute l’eau, le CESI n’a consommé que 15 kWh pendant tout le mois d’octobre.

L’isolation et l’inertie ne suffiront plus au mois de novembre, quand un ensoleillement souvent faible diminuera trop les apports solaires. Il faudra ajouter un chauffage d’appoint. De novembre à mars, pas plus ! Efficace, disions-nous ?

Confort d'été, l'exemple de juin 2017

Ce mois de juin fut un vrai mois d’été, avec un petit épisode caniculaire. C’est d’ailleurs cet épisode qui nous intéresse, pour voir comment ça se passe dans la maison passive.

Place aux courbes : la courbe rouge représente la température extérieure, la courbe bleue la température intérieure. Températures juin 2017(pour agrandir, cliquez sur l’image)

La canicule a été très courte : seules deux nuits n’ont pas permis le refroidissement. Mais elle a été précédée d’un temps chaud et ensoleillé assez important. Résultat : confortable.

La maison est restée parfaitement vivable, avec 25 °C dans la partie principale et une pointe à 27 °C en haut. Rien qui empêche de dormir et de s’activer normalement. A noter : la maison est utilisée toute la journée, avec plusieurs personnes présentes en permanence, surtout le mercredi 21. Les apports internes sont donc conséquents.
Et même pas de refroidissement possible le 21 au soir car la fête de la musique nous a contraint à laisser les fenêtres fermées.

Est-ce cette chaleur qui a modifié les comportements ? La maison vient encore de battre un record de faible consommation : 6 kWh par jour. Il faut dire que l’abondant soleil a chauffé toute l’eau, le CESI a consommé 0 kWh pendant tout le mois de juin !

- page 1 de 11